logo GAZELEC Moins Cher

TotalEnergies et son projet de champ gazier au Qatar

Publié le 22/06/22, par Perrine

Le groupe français TotalEnergies devient un des premiers partenaires étranger du Qatar pour ce projet de plus grand champ gazier du monde.

Suite à la fermeture des robinets gaziers de la Russie, plusieurs échanges avec de nouveaux pays en capacité de fournir l’Europe se créent. Pour commencer, le Qatar cherche à se démarquer en pleine guerre en Ukraine grâce à de nouvelles commandes de gaz. De plus ce petit pays, cherche à se reprocher de nouveaux partenaires européens afin de développer le plus grand champ de gaz naturel du monde.

TotalEnergies va donc devenir le premier partenaire étranger du fameux projet North Field East (NFE), qui sera le plus grand gisement de gaz naturel au monde. Ce gisement de GNL, le Qatar le partage déjà avec l’Iran, mais cette expansion est estimée à près de 30 milliards de dollars.

Le North Field représente déjà 10% des réserves de gaz naturel connues dans le monde, son objectif est donc d’augmenter la capacité totale d'exportation de gaz naturel. Ce projet est très convoité par l’Allemagne qui, à déjà signé au mois de mars des accords avec le Qatar pour sortir de sa dépendance au gaz russe.

Le PDG de TotalEnergies a longtemps hésité suite à l’embargo russe, mais vu les attaques continues de la Russie en Ukraine, le fournisseur a préféré assurer ses arrières aux cas où la Russie couperait définitivement ses livraisons de gaz.

Eni se joint au projet NFE

Le géant italien Eni se joint au projet North Field East en tant que deuxième partenaire étranger, juste après le français TotalEnergies.

Pour ce projet de champ gazier, Eni prendra une part d’un peu plus de 3%, ce qui représente près de 28 milliards de dollars qui vise à augmenter de 60% la production de gaz liquéfié d’ici 2027.

Forte demande de GNL d'ici 2027

Pour pouvoir remplacer les 150 milliards de mètres cubes de gaz russe que l’Europe achète chaque année, les pays se tournent tous vers le gaz naturel liquéfié en cherchant à être livré par bateaux plutôt que via les gazoducs. La demande de GNL ne cesse d’augmenter, pour cause les importations ont atteint 372.3 millions de tonnes en 2021, ce qui représente 4.5% de plus que l’année passée.

Que ce soit pour TotalEnergies ou pour le Qatar, la capacité de production actuelle ne pourra malheureusement pas accélérer avant 2027. Le site devrait produire 32 millions de tonnes par an de GNL, ce qui est l’équivalent d’une unité de liquéfaction de 8 Mtpa. Pour l’augmentation des capacités de GNL, il faudra six trains qui permettront de passer la capacité de liquéfaction du pays de 77 Mtpa à 126 Mtpa d’ici 2027.

D’après les annonces du ministre qatari de l’énergie, la production commencerait en 2026 et il semblerait que l’expansion soit en bonne voie.

Le président-directeur du groupe TotalEnergies annonce “c’est un jour historique pour TotalEnergies au Qatar, où nous sommes présents depuis plus de 80 ans” où il rappelle les objectifs environnementaux et de décarbonation du groupe, justement à travers le GNL.

Les majors pétrolières en guet-apens

Les différents géants pétroliers se sont portés candidats aux quatres trains de North Field East, quant aux deux autres unités elles font partie de la deuxième phase.

Le directeur général de QatarEnergy, a annoncé que TotalEnergies aura 6% de l’ensemble des quatre trains de North Field East.

Le géant français connaît bien le Qatar, puisqu’il participe au GNL qatari depuis sa naissance industrielle, il y a environ 30 ans à travers plusieurs projets (Qatargas 1 et Qatargas 2). Il est aussi un des partenaires pour le pétrole avec Qatar Petroleum, comme en 2019 pour des exportations vers la Namibie, la Guyane et le Kenya.

Les enjeux clés de la COP27

Qu'est-ce qu'un gestionnaire de réseau de distribution ?

La CSPE

Les garanties d'origine augmentent de 22% en France

Le tarif d'acheminement de l'électricité

Gaz russe et Europe : des alternatives d’approvisionnement crédibles ?

Octobre Rose : avec nos clients, nous renforçons notre engagement !

EDF revoit à la baisse ses prévisions de production pour 2022

Mix énergétique français 2050 – retour sur les annonces du président

Gaz naturel : le marché restera tendu encore quatre ans

La centrale nucléaire de Zaporijia attaquée par l'armée russe

Gaz russe : l'Allemagne retourne à ses centrales à charbon

CRE : Publication des références de prix de l'électricité pour les PME et collectivités

Gazprom réduit ses livraisons de gaz à l'Allemagne

RTE : Perspective du système électrique pour l'hiver 2022-2023

TotalEnergies et son projet de champ gazier au Qatar

Elmy : nouveau fournisseur d'énergie verte

La fixation absurde du prix de l'électricité

Comprendre sa facture d'électricité

Entreprise : une aide pour compenser la hausse des prix

Énergie : Les restrictions des commerces afin d'économiser de l'énergie

Le dispositif Ecowatt

Actu : De nouvelles mesures de soutien et 25 engagements pris par les fournisseurs d'énergie

L'énergie osmotique

Quel est le réel problème sur le marché de l'énergie ?

Bouclier tarifaire : un coût de 14 milliards d’euros pour l’État

ARENH : La France augmente le volume de 20 TWh

L'ARENH

Trêve hivernale prolongée

TRV gaz : -4,1% en avril

La COP26

[ACTU] Bruno Le Maire : les entreprises pourront toucher les aides d’ici 2-3 semaines

Le Certificat d'Économie d'Énergie (CEE)

Électricité : Les offres à tarification dynamique

Copropriété : Comment bénéficier du bouclier tarifaire ?

L'Europe lance une réforme de son marché d'électricité

Comment choisir son fournisseur d'énergie ?

COP26 : Le Pacte climatique de Glasgow

Crise énergétique : Les annonces d'Élisabeth BORNE

France : Importer plus d’électricité par manque de nucléaire

Green Bonds : Les premiers pas sur le marché

Énergie : 10 conseils pour économiser au quotidien

Crise énergétique : Un amortisseur électricité pour les entreprises

La sobriété énergétique

Entreprises : Faire des économies sur votre facture d'énergie

Le groupe français TotalEnergies devient un des premiers partenaires étranger du Qatar pour ce projet de plus grand champ gazier du monde.

Suite à la fermeture des robinets gaziers de la Russie, plusieurs échanges avec de nouveaux pays en capacité de fournir l’Europe se créent. Pour commencer, le Qatar cherche à se démarquer en pleine guerre en Ukraine grâce à de nouvelles commandes de gaz. De plus ce petit pays, cherche à se reprocher de nouveaux partenaires européens afin de développer le plus grand champ de gaz naturel du monde.

TotalEnergies va donc devenir le premier partenaire étranger du fameux projet North Field East (NFE), qui sera le plus grand gisement de gaz naturel au monde. Ce gisement de GNL, le Qatar le partage déjà avec l’Iran, mais cette expansion est estimée à près de 30 milliards de dollars.

Le North Field représente déjà 10% des réserves de gaz naturel connues dans le monde, son objectif est donc d’augmenter la capacité totale d'exportation de gaz naturel. Ce projet est très convoité par l’Allemagne qui, à déjà signé au mois de mars des accords avec le Qatar pour sortir de sa dépendance au gaz russe.

Le PDG de TotalEnergies a longtemps hésité suite à l’embargo russe, mais vu les attaques continues de la Russie en Ukraine, le fournisseur a préféré assurer ses arrières aux cas où la Russie couperait définitivement ses livraisons de gaz.

Eni se joint au projet NFE

Le géant italien Eni se joint au projet North Field East en tant que deuxième partenaire étranger, juste après le français TotalEnergies.

Pour ce projet de champ gazier, Eni prendra une part d’un peu plus de 3%, ce qui représente près de 28 milliards de dollars qui vise à augmenter de 60% la production de gaz liquéfié d’ici 2027.

Forte demande de GNL d'ici 2027

Pour pouvoir remplacer les 150 milliards de mètres cubes de gaz russe que l’Europe achète chaque année, les pays se tournent tous vers le gaz naturel liquéfié en cherchant à être livré par bateaux plutôt que via les gazoducs. La demande de GNL ne cesse d’augmenter, pour cause les importations ont atteint 372.3 millions de tonnes en 2021, ce qui représente 4.5% de plus que l’année passée.

Que ce soit pour TotalEnergies ou pour le Qatar, la capacité de production actuelle ne pourra malheureusement pas accélérer avant 2027. Le site devrait produire 32 millions de tonnes par an de GNL, ce qui est l’équivalent d’une unité de liquéfaction de 8 Mtpa. Pour l’augmentation des capacités de GNL, il faudra six trains qui permettront de passer la capacité de liquéfaction du pays de 77 Mtpa à 126 Mtpa d’ici 2027.

D’après les annonces du ministre qatari de l’énergie, la production commencerait en 2026 et il semblerait que l’expansion soit en bonne voie.

Le président-directeur du groupe TotalEnergies annonce “c’est un jour historique pour TotalEnergies au Qatar, où nous sommes présents depuis plus de 80 ans” où il rappelle les objectifs environnementaux et de décarbonation du groupe, justement à travers le GNL.

Les majors pétrolières en guet-apens

Les différents géants pétroliers se sont portés candidats aux quatres trains de North Field East, quant aux deux autres unités elles font partie de la deuxième phase.

Le directeur général de QatarEnergy, a annoncé que TotalEnergies aura 6% de l’ensemble des quatre trains de North Field East.

Le géant français connaît bien le Qatar, puisqu’il participe au GNL qatari depuis sa naissance industrielle, il y a environ 30 ans à travers plusieurs projets (Qatargas 1 et Qatargas 2). Il est aussi un des partenaires pour le pétrole avec Qatar Petroleum, comme en 2019 pour des exportations vers la Namibie, la Guyane et le Kenya.


Faîtes-vous accompagner par un expert en énergie !

Vous aimerez aussi

chevron-leftchevron-right linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram